Bandeau siberien.jpg

Les Sibériens de Iaromira


Toute la famille humaine et féline s’est installée en Mayenne, à coté de Laval. Nous sommes situés au carrefour de Nantes, Angers, Le Mans et Rennes. Et nous pouvons vous apporter votre chaton dans ces villes très facilement ainsi qu’à Paris. Bien sur, nous vous accueillons avec beaucoup de plaisir pour vous présenter nos chats !

Cécile Marjollet
53210 Argentré

tél. 06 22 16 68 06

G1Ribbon

Le Sibérien

Son histoire

Le Sibérien a vécu à l’état naturel, en Russie, pendant fort longtemps (plus de 1000 ans). Il serait issu de croisements entre des chats domestiques et des chats sauvages locaux, nommés Felis silvestris causasica. Sa fourrure est dense, mi-longue et possède un sous-poil bien développé en hiver pour résister aux nuits hivernales -30°C. A la saison chaude, le Sibérien perd son sous-poil, pour s’adapter aux étés très chauds et secs.
C’est la raison pour laquelle Felis silvestris caucasica possède une fourrure, avec un sous-poil dense qu’il perd à la saison chaude.
Les caractéristiques du Chat des bois du Caucase, ont joué un grand rôle dans le standard moderne du Sibérien. C’est pourquoi il est primordial de préserver ces caractéristiques dans l’élevage de la race Sibérienne.

Les Felis Silvestris Caucasia photographiés par des félinologues russes.

La Russie choisit le Sibérien comme race nationale. Elle commence à les sélectionner dans les années 80, et établit, en 1987, le premier pedigree officiel de la race des chats sibériens. Le premier standard est établi.
En 1988, ce standard fut révisé à Franckfurt en Allemagne.

En 1992 il est reconnu par la Fédération Mondiale des Chats, puis par la FIFE en 1997, la TICA établit son propre standard en 1998.

En Allemagne, un mâle, Tima et une femelle Mussa, sont importés en 1987. Ils viennent de Saint-Pétersbourg. Hans et Betti SCHULZ démarrent l’élevage de Sibériens sous l’affixe Newjskij. En 1990, une quinzaine de chats étaient répertoriés en Europe de l’Ouest.
En France, le premier a s’intéresser à cette race est Guy Gringet, juge international toutes races, en 1991. Il participe à l’élaboration de son standard
Aux Etats-Unis, E.TERRELL importe ses premiers Chats Sibériens pour sa chatterie Starpoint, en 1990.

Petit à petit, la race du Sibérien se développe mais elle reste encore peu répandue en dehors de la Russie, l’Europe du Nord et les Etats-Unis.

Notre éleveur russe de Nifont Sibaris, Alex Kolesnikov, docteur en génétique moléculaire, est l’auteur d’articles très riches en information sur l’histoire du Sibérien :

Son apparence

Le Livre des Origines Francaises a établi un standard du Sibérien, dont voici les exigences :
Puissant, il se dégage du chat Sibérien, une impression de force confirmée par sa musculature ronde et très développée. Compte tenu de sa morphologie, le Sibérien n’arrive à maturité que vers l’âge de 3 ans. Le dimorphisme sexuel est fortement marqué, les mâles étant notablement plus grands que les femelles.
Note : les Sibériens colourpoints sont traditionnellement nommés « Sibériens Neva Masquerade ».
Le Sibérien peut être de toutes les couleurs sauf celles basées sur le chocolat, lilac, cinnamon et fawn . Les dessins reconnus sont : solide, tabby, silver/smoke, solide et blanc, tabby et blanc, silver/smoke et blanc

Tête : En forme de triangle adouci, la tête est large avec des contours arrondis. De face, les pommettes ne sont ni saillantes ni proéminentes. Large, le crâne, est plutôt plat. Vu de profil, le front est légèrement arrondi et est prolongé par une légère déclivité au niveau des yeux. Le nez est moyennement court et plat.

Museau : Rond et fort, le museau doit être sans pinch. Les femelles ont souvent un museau plus fin que les mâles. Le menton est arrondi sans être en galoche. Les moustaches sont longues et épaisses.

Yeux : Grands, presque ronds, les yeux sont bien espacés l’un de l’autre, séparés au minimum par la largeur d’un oeil. Ils sont implantés légèrement de biais, sans pour autant avoir d’expression orientale. Toutes les couleurs d’yeux sont admises sans qu’il y ait de relation avec la robe, sauf chez les colourpoints qui ont les yeux bleus.

Oreilles : De taille moyenne, les oreilles sont larges à la base et séparées par une distance équivalente à une largeur d’oreille à une et demi. Vu de profil, elles sont légèrement pointées vers l’avant. De forme arrondie à leur extrémité, elles sont recouvertes à l’extérieur d’une abondante fourrure qui cache presque complètement leur base. L’intérieur des oreilles est également garni de poils abondants. Des « lynx tips »(plumets) sont appréciés.

Encolure : Ronde et courte,l’encolure est puissamment musclée.
Corps : De format semi-cobby, le corps, massif, lourd et musclé, a une forme caractéristique dite « en tonneau » due à la rondeur de ses côtes et de sa musculature. La croupe est arrondie et plus haute que les épaules. La sangle abdominale est très puissante.

Pattes : De hauteur moyenne, les pattes sont robustes et musclées avec une ossature puissante.

Pieds : Grand et ronds, les pieds montrent une importante pilosité interdigitale.

Queue : La queue est large à la base puis va en s’effilant jusqu’à un bout arrondi. Elle est fournie d’une abondante fourrure. Idéalement, elle doit arriver à hauteur de la base des omoplates.

Robe et texture : Mi-longue à longue, la fourrure du Sibérien est composée des trois types de poils : poil de garde, poil de jarre et sous-poil. L’encolure, les épaules et le dos sont recouverts de poils de garde plus épais et brillants. La collerette part de l’arrière de la tête pour rejoindre la gorge. Le sous-poil est abondant. Les poils du ventre peuvent friser légèrement sans que ce caractère soit particulièrement recherché.
Chez les particolores : toute proportion de blanc est acceptée quels qu’en soient la taille et l’emplacement.

Condition et équilibre :
L’apparence physique générale du chat doit refléter force et vigueur, tout en gardant une expression douce.

Tolérances :
D’importantes variations saisonnières sont constatées entre l’hiver et l’été où le poil est plus court et plus plat. Le poil de garde ne se développe pas avant l’âge de 6 mois chez les chatons.

Pénalités :
Taches et médaillons blancs chez les chats autres que particolores. Profil droit. Stop. Oreilles trop rapprochées chez les adultes. Museau étroit ou pointu. Yeux en amande. Pattes hautes.

Refus de tout titre : Manque de structure ou ossature fine. Fautes et défauts généraux éliminatoires en exposition.

Son caractère

Le Sibérien est très proche de « ses humains», très tendre et très ronronnant. Il vous accompagne dans toute la maison, en complète connexion avec vous. Il n’y a chez lui aucune agressivité, il est gentil et affectueux.
Comme souvent, les grands chats, son tempérament est calme et paisible mais il peut tout à coup, être très vif s’il a vu une mouche ou un plumeau et il adore jouer et faire le fou fou avec ses compagnons de jeux. Les Sibériens sont de grands chasseurs.
Le Sibérien miaule peu, sa voix est très douce, il chante plutôt qu’il miaule. Ce chat est capable d’apprentissages différents, il connaît son nom, y répond et peut se promener avec un harnais.

admin